Maison Médicale UNIVERS SANTE

Alimentation et fibromyalgie

lFIBROMYALGIE : 7 ALIMENTS À SURVEILLER

La fibromyalgie est une maladie aux multiples symptômes. Comme beaucoup de maladies actuelles, son évolution peut être influencée par certains aliments. Tour d’horizon des aliments qu’il vaut mieux éviter par précaution (les données scientifiques manquent encore) quand on souffre de cette maladie.

L’ASPARTAME

Les aliments édulcorés à l’aspartame pourraient exacerber les symptômes de certaines personnes atteintes de fibromyalgie. L’élimination de l’aspartame pourrait, selon plusieurs cas décrits dans la littérature scientifique, entraîner une amélioration sensible. En effet, l’aspartame est un agoniste d’un récepteur des cellules nerveuses appelé NMDA (N-méthyl-D-aspartate), qui agit notamment sur la perception de la douleur. Dans une étude publiée dans le Journal of Rheumatology en 2006, des chercheurs ont trouvé que les patients atteints de fibromyalgie présentent une surexpression des récepteurs NMDA cutanés.

LE GLUTAMATE

Le glutamate monosodique (MSG) est un exhausteur de goût que l’on retrouve dans de nombreux aliments transformés et congelés, et dans la plupart des restaurants asiatiques. Les chercheurs pensent que le MSG peut intensifier les symptômes de la douleur chez de nombreux individus. Comme l’aspartame, le MSG active les récepteurs NMDA. D’autres chercheurs pensent qu’il en irait de même pour les nitrates et les nitrites qu’on trouve en quantité significative dans les charcuteries.

LES GLUCIDES RAFFINÉS

Il n’y a pas de preuve que les sucres simples et les glucides raffinés – comme le sucre, les gâteaux, les viennoiseries ou le pain blanc – ont un impact néfaste sur ??les symptômes de fibromyalgie. Cependant, de nombreux patients rapportent une amélioration lorsqu’ils évitent ces aliments. L’une des explications avancées est que ces aliments entraînent une élévation brutale du sucre sanguin, suivie d’une chute aussi brutale, ce qui contribue à la perception de fatigue et de manque d’énergie, puis à des fringales de sucre, elles-mêmes suivies de plus de fatigue, permettant à un cercle vicieux de développer.

LE CAFÉ

Parce qu’il est stimulant, de nombreux patients atteints de fibromyalgie se tournent vers le café. Mais cette stimulation est brève et elle peut aggraver ensuite la fatigue. Sans compter que le café fait monter durablement les hormones du stress. Selon des travaux préliminaires, la plupart des patients qui renoncent au café voient une différence rapide dans leur niveau de fatigue. Le thé apporte aussi de la caféine, mais dans des quantités moins importantes et on peut continuer d’en consommer modérément.

LES ALIMENTS CONTENANT DES LEVURES

De nombreux aliments sont fabriqués à partir de levures : pains, brioches, pâte à pizza, etc. Certains médecins assurent que la levure favorise les infections fongiques (candidoses) qui peuvent provoquer ou aggraver une grande partie des douleurs articulaires et musculaires vécues par les personnes souffrant de fibromyalgie. La recherche pour l’instant n’a pas confirmé ce lien.

LES ALIMENTS CONTENANT DU GLUTEN

Présent dans le pain, les pâtes, la semoule, les pizzas, etc., le gluten est un ensemble de protéines du blé, de l’orge et du seigle, responsable chez une petite partie de la population, de la maladie coeliaque – et chez une partie plus importante, de ce qu’on appelle l’intolérance au gluten. Il ne semble pas que les fibromyalgiques souffrent plus que les autres de maladie coeliaque, mais plusieurs médecins rapportent une diminution de la fatigue avec l’élimination des aliments à base de gluten.

LES LAITAGES

La problématique est la même que pour le gluten : activation réelle ou supposée de phénomènes d’auto-immunité en raison de leur teneur en protéines qui peuvent se comporter dans l’organisme comme des antigènes. De nombreux médecins assurent que l’élimination des laitages et du gluten (le régime Seignalet) est bénéfique dans la fibromyalgie. À ce jour, aucune étude n’a confirmé ces affirmations.

Alimentation anti-douleurs : que consommer pour lutter contre les souffrances causées par cette pathologie ?


Bien que les recherches sur l’alimentation antalgique pour traiter la fibromyalgie soient encore limitées, RegimesMaigrir.com a examiné pour vous les conseils des experts et vous propose 10 règles à suivre, qui pourraient bien vous aider à faire face aux maux physiques persistants :

1) Consommer davantage d’aliments frais
Environ la moitié des patients fibromyalgiques souffrent également de troubles fonctionnels intestinaux (ou côlon irritable). Vous sustenter de la nourriture fraîche, dépourvue de conservateurs et d’additifs, peut alléger les symptômes de fibromyalgie associés à des troubles fonctionnels intestinaux. Les aliments qui irritent votre côlon provoquent une réaction de votre corps, ce dernier envoie alors un message au cerveau qui lui signale les symptômes fibromyalgiques.

Dans la mesure du possible, nous vous recommandons d’acheter des aliments organiques. Certaines personnes souffrant de cette maladie diminuent les douleurs en évitant les pesticides et les produits chimiques.


2) Limiter la consommation de caféine
La fibromyalgie serait provoquée par un déséquilibre des substances chimiques du cerveau qui contrôlent l’humeur, et cette maladie est souvent accompagnée d’un sommeil peu réparateur et de fatigue.

Les patients fibromyalgiques peuvent essayer de soulager la fatigue avec des stimulants comme la caféine, mais à long terme ils peuvent finir par se faire mal plus qu’autre chose.La caféine vous prête de l’énergie mais en vous imposant des taux d’intérêts très élevés sur la santé. Nous vous recommandons de ne pas en prendre beaucoup.


3) Rester à l’écart de certains légumes
Pour les souffrances articulaires, beaucoup de personnes préconisent d’éviter les légumes de la famille des Solanacées (pommes de terre, tomates, aubergines, poivrons, etc.). En temps normal, les légumes sont pauvres en calories, et sont donc des choix alimentaires très sains, mais les légumes de la famille des Solanacées aggraveraient l’arthrite et la douleur chez certaines personnes. Ces légumes contiendraient des neurotoxines. Pour une petite partie des patients fibromyalgiques, les éviter peut faire toute la différence.


4) Prendre beaucoup d’oméga-3
Les acides gras oméga-3, trouvés entre autres dans le saumon, sont présentés comme des ingrédients bons pour le coeur, et ils font également partie d’une alimentation anti-douleurs. Les acides gras essentiels sont formidables. Ils réduisent les inflammations et stimulent le fonctionnement du cerveau.

Une étude de 2006, menée sur des patients atteints d’arthrite, a montré que les suppléments en huiles de poisson réduisaient les symptômes douloureux chez 60% des malades. Les oméga-3 n’ont toutefois pas été testés spécifiquement sur des patients atteints de fibromyalgie.


5) Utiliser la levure avec modération
La levure, ainsi que son complice le gluten, peuvent se trouver dans divers plats cuits au four. Consommer de la levure peut contribuer à la croissance des champignons microscopiques dans le corps, ce qui peut amplifier la douleur.

Les fibromyalgiques ont tendance à présenter des sensibilités au gluten. L’intolérance au gluten (aussi appelée maladie coeliaque) s’observe en effet dans un sous-groupe de patients. Eviter la levure et le gluten peut aider certains malades à aller mieux.


6) Ne pas surconsommer de produits laitiers
Un certain degré d’intolérance au lactose frappe environ 70% des adultes dans le mondeentier. Il n’est donc pas surprenant que beaucoup de patients fibromyalgiques présentent des difficultés à digérer les produits laitiers.

Dans une étude de 1998, des chercheurs ont cherché à savoir si les échantillons de sang prélevés sur 40 patients atteints de fibromyalgie réagissaient à des substances présentes dans divers aliments. Le sang de 25% des sujets analysés ont montré une réponse immunitaire aux produits à base de lait de vache. Par ailleurs, certains fibromyalgiques qui suivent un régime végétalien ont vu leurs symptômes s’améliorer.


7) Réduire les glucides
S’il fallait choisir une alimentation spécifique pour les patients fibromyalgiques, nous choisirions un régime alimentaire pauvre en glucides et en sucres.

Environ 90% des patients atteints de cette maladie présentent une insuffisance surrénalienne (déficit de production de certaines hormones par les glandes surrénales), ce qui affecte le métabolisme des glucides et peut entraîner l’hypoglycémie.

Ces personnes ont envie de sucres, mais elles éprouvent également une chute brutale de leur niveau d’énergie après l’augmentation d’énergie initiale. Si vous êtes hypoglycémiques, vous devez garder votre taux de sucre dans le sang aussi stable que possible. Essayez deprendre des glucides mélangés à des protéines et de bonnes graisses lors de vos repas.


8) Restreindre la consommation d’aspartame
Absorber moins ou arrêter d’ingérer de l’aspartame peut modérer beaucoup les maux physiques de certains patients. Cet édulcorant artificiel retrouvé dans les sodas « sans sucre » et beaucoup de friandises « sans sucre » fait partie des excitotoxines. Ces composés chimiques activent les neurones qui peuvent accroître la sensibilité à la souffrance. Bien que l’aspartame ne soit pas dangereux pour des personnes en bonne santé s’il est consommé avec modération, il peut élever la sensibilité à la douleur des patients fibromyalgiques.

La plupart des autres édulcorants artificiels (sorbitol, xylitol, etc.) peuvent également déclencher des troubles fonctionnels intestinaux.


9) Eviter les additifs
Les additifs alimentaires tel que le glutamate monosodique posent souvent problème aux patients qui souffrent de douleurs rebelles. C’est un exhausteur de goût riche en sodium souvent ajouté dans les plats des fast food, des traiteurs chinois et de la nourriture transformée vendue prête à consommer.

Le glutamate monosodique est un neurotransmetteur excitateur qui peut stimuler les récepteurs de la douleur. Les taux de glutamate dans le liquide cérébro-spinal est en corrélation avec les niveaux de souffrance perçus chez les patients qui souffrent de fibromyalgie.

Une étude de 1995 a déclaré que le glutamate monosodique peut provoquer diverses réactions à court-terme comme les maux de tête. Une étude de 2007 menée sur des animaux a également suggéré que l’augmentation du taux de glutamate dans les muscles peut entraîner une sensibilité à la douleur.


10) Dire non à la malbouffe
Des experts recommandent de limiter ou d’éliminer le sucre raffiné, la caféine raffinée, les aliments frits et la nourriture hautement transformée dans votre alimentation. Concrètement, cela inclue la plupart des plats servis dans les fast food, les friandises et les produits vendus dans les distributeurs. En plus de contribuer à la prise de poids, ce type de nourriture peut irriter les muscles, perturber le sommeil et compromettre le système immunitaire.


Il existe une alimentation saine contre les maux provoqués par la fibromyalgie. Expérimentez avec cette liste, éliminez totalement un ou plusieurs ingrédients suggérés de votre alimentation pendant plusieurs semaines. Vous pourrez ainsi décider lesquels de ces aliments affectent les souffrances liées à vos symptômes fibromyalgiques.

 

Quels aliments contiennent du glutamate monosodique ou du glutamate?

Aliments qui contiennent naturellement du glutamate :

Maïs Petits pois Raisins Jus de raisins
Champignons Certains fromages (parmesan et Roquefort) Tomates Jus de tomates

Aliments préemballés qui contiennent du glutamate monosodique :

Ces aliments sont susceptibles de contenir du glutamate monosodique. Lisez soigneusement les étiquettes alimentaires pour vérifier si le glutamate monosodique (ou MSG en anglais) fait partie de la liste des ingrédients.

Sauces en conserve et en bouteille

Viande en conserve

Condiments

Biscuits et craquelins

Croûtons

Viandes salaisonnées

Aliments pour régime amaigrissant

Mélanges pour soupe déshydratés

« Sachet de saveur » accompagnant les mets emballés

Aliments lyophilisés (séchés à froid)

Aliments congelés

Mélanges à sauce au jus de viande et à sauces

Croustilles

Repas et plats d’accompagnement préparés

Salades, vinaigrettes et mayonnaise préparées

Collations préparées

Viandes et saucissons fumés

Soupes (en conserve, déshydratées, bouillons)

Épices et assaisonnements

Aromatisants

Ces aromatisants peuvent contenir du glutamate monosodique.

Accent Ajinomoto Assaisonnement chinois Aromatisants Glutacyl Glutavene Poudre Gourmet Protéine végétale hydrolysée (PVH)
Extrait de kombu Mei-jing Assaisonnements naturels (peuvent contenir de la protéine végétale hydrolysée) RL-50 Subu Vetsin Wei-jing Zest


Comment puis-je savoir si un aliment contient du glutamate monosodique?

Lisez la liste d’ingrédients pour voir si le glutamate monosodique est mentionné.

Le glutamate monosodique doit toujours être mentionné dans la liste d’ingrédients s’il est présent dans un aliment préemballé. Le glutamate monosodique est généralement ajouté en petites quantités, et donc, vous le trouverez parmi les derniers ingrédients (parce que les ingrédients sont mentionnés par quantité décroissante, c’est-à-dire selon la concentration présente dans l’aliment). Si le glutamate monosodique fait partie d’un assaisonnement ou d’un autre ingrédient utilisé pour préparer l’aliment, il doit quand même être mentionné dans la liste d’ingrédients.

E 620Acide glutamique
E 621Glutamate de mono sodium
E 622Glutamate de mono potassium
E 623Glutamate de calcium
E 624Glutamate d’ammonium
E 625Glutamate de magnesium

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.